L’Agriculture de Conservation

L’agriculture de conservation a été officiellement définie par la FAO en 2001, comme reposant sur trois grands principes : couverture maximale des sols, absence de labour, rotations longues et diversifiées.

grafico16

En théorie, ces trois principes doivent  être appliqués simultanément, car, en l’absence de labour, la couverture du sol et la diversification des rotations permettent de maîtriser les adventices et de diminuer la pression des ravageurs. On obtient dans l’idéal un agroécosystème dans lequel les régulations écologiques permettent de diminuer l’artificialisation du milieu (intrants, travail du sol), mais cela suppose des changements profonds dans la conduite des systèmes de culture par rapport à l’agriculture conventionnelle.

Dans cette logique, l’agriculture de conservation se rattache naturellement à la notion d’intensification écologique et à celle, adjacente, d’agro-écologie, où il est question d’utiliser intensivement les processus biologiques et écologiques des écosystèmes, plutôt que les intrants. L’agriculture de conservation impliquerait donc une conception différente de la manière de produire. A ce titre, on peut aussi la considérer comme un phénomène sociologique, porteur de valeurs et drainant des mouvements militants.

L’absence de labour en est la composante la plus emblématique, sous-tendue pour certains agriculteurs par un rejet de la rationalité technique et le désir de retrouver un lien avec la nature.

La définition de l’agriculture de conservation laisse une marge d’interprétation assez large. En réalité, pour différentes raisons, historiques ou économiques, on observe souvent une application partielle de ces principes : le labour est remplacé par différents degrés de travail superficiel du sol, sans couverture permanente du sol ni allongement des rotations culturales. Ainsi, une grande diversité de systèmes, ayant en commun l’absence de retournement du sol par le labour, se rattache à l’agriculture de conservation : s’y côtoient  des modèles de grandes cultures simplifiés associant semis direct et utilisation d’herbicides totaux, aussi bien que des systèmes très innovants comme le semis direct sous couvert pérenne (blé sur un couvert de luzerne, colza sur un couvert de trèfle etc.)

 Face à ce concept complexe et objet de controverse qu’est l’agriculture de conservation, la recherche peut apporter des éclairages, à la fois dans les dimensions techniques et sociologiques, comme le montre ce dossier à travers quelques exemples de résultats.

Voici les fondamentaux :

  • Gérer les résidus de cultures en surface
  • Réduire le travail du sol au strict minimum, voir le supprimer.
  • Une rotation des cultures aussi diversifiée que possible.
  • Une production maximum de biomasse aérienne et racinaire par l’introduction systématique de couverts végétaux.

Voici une vidéo de présentation du concept d’Agriculture !

Pour en savoir plus sur ce type d’agriculture, vous pouvez visiter le site de l’Agriculture de Conservation en cliquant sur le lien ci-contre : http://agriculture-de-conservation.com/spip.php?page=sommaire

Sources : http://www.inra.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s